Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de Faurecia Clean Mobility (Beaulieu Structures)
  • : C'est le blog de la CGT de Faurecia Systèmes d’Échappement (Faurecia Clean Mobility) à Beaulieu Protos, Seloncourt, Bavans et R&D Moteurs à Etupes
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Archives

Catégories

12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 09:12

INTRODUCTION DES CAMARADES GRECS

Αγαπητοί συνάδελφοι
CHERS CONFRERES
Στη χώρα μου, δύο χρόνια τώρα, δεχόμαστε μια επίθεση διαρκείας για κατάργηση κάθε δικαιώματος.
DANS MON PAYS DEPUIS DEUX ANS MAINTENANT NOUS SUBISSONS UNE ATTAQUE SANS PRECEDANT POUR LA DISPARITION DE CHAQUE DROIT
Μας κόβουν τους μισθούς, μας κόβουν τις συντάξεις, καταργούν τις συλλογικές μας συμβάσεις, διαλύουν τις εργασιακές μας σχέσεις, επιβάλλουν άγρια φορολογία και όποιος δεν μπορεί να πληρώσει λόγω της ανεργίας και της φτώχειας, του κόβουν το ηλεκτρικό ρεύμα.
REDUCTIONS DES SALAIRES, REDUCTIONS DES PENSION,DENONCIATION DES CONVENTIONS COLLECTIVES, DISPARITION DES RELATIONS SOCIALES, DE LOURDES TAXES QUI PROVOQUENT LA COUPURE DE L’ELECTRICITE EN CAS DE NON PAIEMENT POUR CAUSE DE CHOMAGE OU TOUT SIMPLEMENT DE PAUVRETE
Η κυβέρνηση της Ελλάδα, είναι πλήρως υποταγμένη στις αποφάσεις και τις εντολές του ΔΝΤ, της Ε.Ε. και της Ευρωπαϊκής Κεντρικής Τράπεζας, τις γνωστές ως τρόϊκα.
LE GOUVERNEMENT GREC EST TOTALEMENT SOUMIS AUX DECISIONS ET AUX ORDRES DU FMI DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE ET DE LA CEE PLUS CONNUES COMME TROIKA
Οι όροι του μηχανισμού δανεισμού της Ε.Ε. και του ΔΝΤ, έχουν παγιδεύσει την Ελλάδα σε ένα φαύλο κύκλο όπου η λιτότητα φέρνει ύφεση και πιο σκληρή λιτότητα με νέα μέτρα, νέους φόρους και βαθύτερη ύφεση και πάλι από την αρχή.
LES EXIGENCES CONCERNANT LE PRET DE LA CEE ET DU FMI ON PIEGE LA GRECE LA MISE DANS UN CERCLE VICIEUX OU L’AUSTERITE APPORTE LA RECESSION QUI PROVOQUE UNE AUSTERITE ENCORE PLUS DURE AVEC DES NOUVELLES MESURES, DE NOUVELLES TAXES QUI APPORTE ENCORE PLUS DE RECESSION. AVEC UN ETRENEL RECOMMENCEMENT.
Η θεραπεία-σοκ έχει αποτύχει να φέρει σε βιώσιμη πορεία την Ελλάδα.Έχει βλάψει κάθε δείκτη της οικονομίας με τεράστιο ανθρώπινο κόστος. Παράγει μόνο ύφεση – φτώχεια – απελπισία. Τα φάρμακα και η θεραπεία της κρίσης χρέους είναι χειρότερα από τηνασθένεια.
CETTE THERAPIE DE CHOC A MONTRER L’ECHEC DE FAIRE REVENIR LA GRECE DANS UNE SITUATION VIVABLE.
TOUS LES SECTEURS DE L’ECONOMIE SONT TOUCHES AVEC UN LOURD TRIBU DE LA PART DE LA POPULATION.
CETTE THERAPIE NE PRODUIT QUE DE LA RECESSION, DE LA PAUVRETE ET DU DESESPOIR LES MEDICAMENTS ET LA THERAPIE DE LA CRISE DE LA DETTE SONT PIRE QUE LA MALADIE ELLE MEME
Πολύ καθαρά πρέπει να πούμε ότι χωρίς ανάπτυξη, δεν υπάρχει ελπίδα για την Ελλάδα. Αυτοί ενοχοποιούν τους εργαζόμενους και την εργασία. Η ανεργία έχει διπλασιαστεί και φτάνει στο 22%. Ένας στους δύο νέους είναι άνεργος.
TRES CLAIREMENT IL FAUT DIRE QUE SANS CROISSANCE IL N’Y A PLUS D’ESPOIR POUR LA GRECE. ILS CULPAPILISENT LES TRAVAILLEURS ET LE TRAVAIL. LE CHOMAGE A DOUBLE ET ATTEINT LES 22% UN JEUNE SUR DEUX EST AU CHOMAGE...
Αντιμετωπίζουμε ένα κραχ ανεργίας. Οι εργαζόμενοι είναι λιγότεροι από τον οικονομικά ανενεργό πληθυσμό.
NOUS ASSISTONS A UNE EXPLOSION DU CHOMAGE. LA POPULATION ACTIVE EST MOINDRE QUE LA POPULATION EN
CHOMAGE...
Η απώλεια εισοδήματος έχει εξαφανίσει την εσωτερική ζήτηση. Οι μικρομεσαίες επιχειρήσεις κλείνουν η μία μετά την άλλη. Η αγορά εργασίας είναι κόλαση.
L’ABSENCE DE RENTREES A FAIT DISPARAITRE LA DEMANDE INTERIEURE, LES P.M.E FERMENT LES UNES APRES LES AUTRES LE MARCHE DU TRAVAIL EST UN ENFER...
Η στρατηγική της τρόϊκας στην Ελλάδα, αποσκοπεί μόνο στην διάσωση των τραπεζών της ευρωζώνης, γαλλικών και γερμανικών, από τον αντίκτυπο των ανεύθυνων δανεισμών της.
LA STRATEGIE DE LA TROIKA EN GRECE RECHERCHE SEULEMENT LE SAUVETAGE DES BANQUES DE LA ZONE EUROPE FACE AU CONTRE COUP DES PRET IRRESPONSABLES
Η κρίση χρέους στην Ελλάδα είναι ασφαλώς ριζωμένη και σε εσωτερικά προβλήματα. Έγινε όμως ανεξέλεγκτη λόγω της καταστροφικής πορείας του χρηματοπιστωτικού κεφαλαίου για μεγιστοποίηση των κερδών, στοιχηματίζοντας στα τεράστια χρέη και στην ανικανότητα της Ε.Ε. να δώσει μια υπεύθυνη και σωστή απάντηση.
LA CRISE DE LA DETTE GRECQUE TROUVE AUSSI SON ORIGINE DANS LA POLITIQUE ET LES PROBLEMES INTERIEURS. ELLE EST DEVENUE INCONTROLABLE A CAUSE DE LA GESTION CATASTROPHIQUE DE LA FINANCES ET DE LA COURSE AU PROFIT. PARIANT AINSI SUR DES DETTES ENORMES ET SUR L’INCOMPETENCE DE LA CEE A DONNER UNE REPONSE JUSTE TE RESPONSABLE
Η Ελλάδα ίσως είναι σήμερα το εργαστήριο πριν γενικευθούν αυτά τα μέτρα και σε άλλες χώρες του ευρωπαϊκού νότου.
LA GRECE EST AUJOURD’HUI “L’EXPERIENCE” AVANT LA GENRALISATION DE CES MESURES DANS TOUT LE SUD DE L’EUROPE
Η στάση των ευρωπαίων ηγετών, της Μέρκελ, του Σαρκοζί και άλλων, δεν εξαθλιώνει απλά τους Έλληνες : στρέφεται κατά της Δημοκρατίας και της εθνικής κυριαρχίας της Ελλάδας και ίσως αργότερα και κατά της εθνικής κυριαρχίας άλλων χωρών.
L’ATTITUDE DES DIRIGEANTS EUROPEENS, MERKEL ET SARKOZY (AVANT LES ELECTIONS) ET D’AUTRES ENCORE APOORTE NON SEULEMENT UNE CLOCHARDISATION DE LA GRECE MAIS ELLE VA A L’ENCONTRE DE LA DEMOCRATIE ET DE LA SOUVERAINETE NATIONALE DE LA GRECE ET PEUT ETRE PLUS TARD ANVERS LA SOUVERAINITE
NATIONALE D’AUTRES PAYS.
Αγαπητοί συνάδελφοι Η τρόϊκα απαιτεί μια νέα μορφή αποικιοκρατίας στην Ελλάδα, η οποία δεν βασίζεται σε στρατούς και όπλα, αλλά στο δημόσιο χρέος. Αμφισβητούν πλέον ανοιχτά τους δημοκρατικούς μας θεσμούς. Καταλύεται βάναυσα το Σύνταγμά μας. Καταλύεται το κυρίαρχο δικαίωμα του λαού μας να ψηφίζει στις εκλογές σύμφωνα με τις δικές μας αποφάσεις.
CHERS CONFRERES LA TROIKA EXIGE UNE NOUVELLE FORME DE COLONISATION EN GRECE QUI N’EST PAS BASEE SUR DES SOLDATS ET DES ARMES MAIS SUR LA DETTE PUBLIQUE ILS CONTESTENT OUVERTEMENT NOS INSTITUTIONS DEMOCRATIQUE. ILS ABOLISSENT NOTRE CONSTITUTION ILS ABOLISSENT LES DROITS DU PEUPLE A VOTER LIBREMENT AVEC SES PROPRES CHOIX.
Είναι φασιστικό, η τρόϊκα και ευρωπαίοι ηγέτες να δίνουν εντολές για το πότε θα γίνουν εκλογές στην Ελλάδα ή για το ποιός θα οριστεί να είναι πρωθυπουργός και για πόσο καιρό και ποια κόμματα θα ψηφίσουμε στις εκλογές
C’EST DU FASCISME, QUE LA TROIKA ET LES DIRIGEANTS EUROPEENS DICTENT LA PERIODE POUR LES ELECTION S EN GRECE OU QUI VA ETRE PREMIER MINISTRE ET QUELS PARTIS DOIVENT RESTER AU POUVOIR
Όλο αυτοί που έσπειραν την μιζέρια και οδηγούν τους Έλληνες στη φτώχεια και στην εξαθλίωση εισέπραξαν τον θυμό μας.
TOUS CEUX QUI ONT SEME LA MISERE ONT CONDUIT LES GRECS A LA PAUVRETE ET A LA CLOCHARDISATION ONT RECOLTE NOTRE COLERE
Οι άνεργοι ανέρχονται στο 1.200.000 (23%).
LES CHOMEURS SONT 1.200.000 (23%)
20% των μικρομεσαίων επιχειρήσεων βάζουν λουκέτο.
20% DES PME ONT FERME
250.000 επιβιώνουν με προσφορά συσσιτίου.
250.000 PERSONNES SURVIVENT GRACE A LA SOUPE POP
22% μείωση μισθών στον ιδιωτικό τομέα.
LES SALAIRES ONT DIMINUE DE 22% DANS LE SECTEUR PRIVE
32% μείωση μισθών στους νέους.
32% DE BAISSE DE SALAIRE CHEZ LES JEUNES
35% στον Δημόσιο Τομέα.
35% DANS LE SECTEUR PUBLIC
Η συνολική απώλεια είναι στο 40% με κατάργηση μιας σειράς επιδομάτων.
LES MESURES ONT APPORTER UNE BAISSE TOTALE DE 40% AVEC LA DISPARITION DE PLUSIEURS PRIMES ET ALLOCATIONS
Σωρευτικά η ύφεση φτάνει στο 15%.
LA RECESSION EST DE 15%
Το 30% ζει κάτω από το όριο της φτώχειας.
30% DES GRECS VIVENT EN DESSOUS DU SEUIL DE PAUVRETE
Τον Ιούνιο αναμένονται μέτρα 14 δις
EN JUIN IL Y A DES NOUVELLES MESURES D’ECONOMIE POUR 14 MILLIARDS
‘Ολα τα μέτρα είναι προϊόν ωμής βίας.
TOUTES CES MESURES SONT LE PRODUIT D’UN CHANTAGE CRUEL
Η μείωση των μισθών ή το πάγωμά τους ή η κατάργηση των απολύσεων, δεν περιορίστηκε σε μια απλή νομοθετική παρέμβαση.
LA REDUCTIONS DES SALAIRES, LEURS GEL OU LE MANQUE DE PROTECTION POUR DES LICENCIEMENTS, ON LIMITE TOUTE INTERVENTION JURIDIQUE
Πρόκειται για καταστροφή όλου του μηχανισμού προστατευτικών ρυθμίσεων, των ΣΣΕ, των απολύσεων.
IL S’AGIT D’UNE CATASTROPHE DANS LE MECANISME DE PROTECTION AU NIVEAU DES LICENCIEMENTS DE LA LEGISLATION SUR LE TRAVAIL
Έχουν σαρωθεί όλα τα δικαιώματα. Με άλλα λόγια, ακόμα και η απεργία είναι παράνομη, π.χ. Σκαραμαγκάς.
ILS ONT DETRUIT TOUS LES DROITS. EN DEUX MOTS, MEME LA GREVE DES CHANTIERS NAVALS DE SKARAMANGA EST ILLEGALE....

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 14:41

1. Ce n’est pas un traité européen.

Il est important de souligner que ce traité n’est pas européen, mais il a le statut de traité international.
Cet élargissement du périmètre d’application à deux conséquences.
Ainsi, la règle de révision des traités européens ne s’applique pas.
Autrement dit, l’article 48 du TUE, alinéa 4 « Les modifications entrent en vigueur après avoir été ratifiées par tous les États membres conformément à leurs règles constitutionnelles respectives », ne s’applique pas.
Par exemple en Irlande, il faut systématiquement un référendum.
De plus, il est nécessaire d’obtenir l’unanimité des états membres.
Avec ce nouveau traité, ces dispositions sautent.

Ainsi, il suffit que 12 pays sur les 17 de la zone euro donnent leur accord pour que le traité entre en application (Article 14 alinéa 2).
Deuxième conséquence, le parlement européen n’a pas son mot à dire.
Seuls les parlements nationaux sont consultés (procédure de ratification des traités internationaux suivant les règles constitutionnelles propres à chaque pays).
D’un point de vue démocratique, c’est un recul.
Les traités européens sont tout simplement contournés lorsqu’ils ne conviennent pas aux gouvernants.
Ils servent de points d’appui pour condamner tous ceux qui veulent sortir du carcan de l’actuel mode de la construction européenne.

2. Ce traité apporte trois nouveautés :
- une formalisation plus poussée des sommets de la zone euro
- des mécanismes d’intervention plus réactifs à l’égard des pays en déficit le «frein à la dette», qui met en place de manière contraignante des règles pour réduire la dette et les déficits.

3. Un traité pour l’austérité.
C’est l’aspect central du traité.
L’obligation pour les états membres de durcir leur politique budgétaire, en réduisant, voire en évitant, les déficits.
Le pacte de stabilité, issu du traité de Maastricht imposait aux états de ne pas franchir la limite de 3% du PIB comme niveau de déficit, avec une amende à la clé dans le cas des pays de la zone euro.
Désormais les gouvernements « en faute » se voient attribuer un programme d’ajustement pour atteindre un budget équilibré.
Ce programme doit ramener le déficit à 0,5% du PIB par la réduction du déficit dit structurel, ceci en plusieurs années.
Or, le nouveau traité rend cet objectif OBLIGATOIRE. (article 3 alinéa e)

Le déficit structurel, c’est-à-dire le déficit annuel auquel sont soustraites les dépenses exceptionnelles, est la base sur laquelle un état doit prendre des mesures pour couper dans les dépenses ou augmenter les taxes.
L’accent est donc d’abord mis sur les dépenses (Article 3 alinéa b).

4. Un pilotage automatique.
L’article 3, alinéa e précise que les mécanismes de correction sont déclenchés automatiquement lorsque le « frein à la dette » n’est pas respecté.
C’est la commission européenne qui est responsable de définir les règles.
Un organisme « indépendant » doit être mis en place au niveau national pour veiller à l’application de la discipline budgétaire.

5. L’austérité à perpétuité.
De plus, ce nouveau traité instaure l’austérité à perpétuité avec l’article 2 qui impose que ces dispositions soient contraignantes et permanentes et pour ce faire, de préférence constitutionnelle.
C’est la « règle d’or ».
L’Allemagne l’a déjà adopté en fixant à 0,35% du PIB la limite maximum du déficit.

6. La Cour de Justice Européenne (CJUE) aura le dernier mot en cas de doute.
Pour les pays qui ne transigeraient pas à la règle, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) aura le dernier mot.
Aussi, un état membre peut porter plainte devant la CJUE contre un autre s’il estime que ce dernier ne respecte pas la règle.
Or le rôle de la CJUE n’est pas de régler les différents entre états, mais de s’assurer du respect de la législation européenne.
Il s’agit donc d’un changement important introduit ici.

(Article 8-1).
Les conséquences peuvent être dangereuses et dramatiques en montant les citoyens d’un pays contre un autre.
Cela illustre une conception de l’Europe, qui n’est pas celle de solidarité, ni de fraternité.
De plus, la Cour pourra imposer des amendes à hauteur de 0,1% du PIB du pays «en faute».

(Article 8-2) 7.
La zone euro tiendra désormais 2 sommets par an.

(Article 12-2).
Un président de la zone euro sera désigné (c’est nouveau ; article 12-1) par les pays de la zone euro en même temps que le Conseil européen élit son Président, pour la même durée.

8. Une atteinte à la démocratie.
L’article 11 précise que « toutes les grandes réformes de politique économique envisagées par un des états signataires du traité doivent être débattues AU PREALABLE, et au besoin coordonnées entre elles ».
De ce fait une hiérarchie entre les pays se met en place.
Ceux qui décident et qui imposent une politique économique aux autres.

9. Gérer les contradictions.
Le TSCG n’est pas un traité européen, pourtant il confie à la commission et à la CJUE des responsabilités importantes.
C’est pourquoi le texte prévoit que dans un délai de 5 ans ces dispositions seront intégrées dans les traités européens (Article 16).
En fait au regard de la position constante de la Grande Bretagne, ceci est peu probable, sauf à accorder aux Britanniques des exemptions à certaines clauses.

  

* TSCG : Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance budgétaire

 

http://www.ftm.cgt.fr/textelong.php?IDchapitre=907&IDrub=5&IDsousrubrique=64

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 14:37

Qu’est-ce que le MES ?
L’objectif présenté dans l’article 3 est de mobiliser des ressources financières afin de préserver la stabilité financière de la zone euro.
Techniquement, le MES prendra la forme d’une institution financière internationale basée au Luxembourg.
Un conseil des gouverneurs, un conseil d’administration, un directeur général et les effectifs nécessaires seront mis en place.
Un peu de bureaucratie européenne en plus !
Le conseil des gouverneurs est présidé par le Président de l’Eurogroupe.
Le MES est doté d’un capital de 700 milliards d’€.
(La France souscrit à hauteur de 20,3859%) dont 80 libérés de suite.
L’article 8 précise entre autre que les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à fournir leur contribution au capital social autorisé.
Ils répondent dans un délai approprié à tous les appels de fonds.
Il s’agit en fait d’un FMI à la sauce européenne.
L’alignement sur les pratiques du FMI est clairement revendiqué.
Ce traité est complémentaire du TSCG.*
Le 5ème considérant indique que pour « bénéficier » de l’assistance financière du MES, le pays demandeur devra avoir ratifié le TSCG.

Quel est son fonctionnement ?
Le fonctionnement prévu à l’article 13. Lorsqu’un pays adresse une demande de soutien, le président du conseil des gouverneurs charge la Commission d’évaluer le risque pour la stabilité financière de la zone euro, d’évaluer la soutenabilité de l’endettement public, d’évaluer les besoins réels ou potentiels du pays concerné.
De même la commission a en charge de négocier, conjointement avec le FMI auquel le pays en question est prié de s’adresser également, les conditionnalités dont est assortie l’assistance financière.
C’est la commission qui signe le protocole. (Article 13-2)
Pour ceux qui n’auraient pas compris, l’article 16-2 indique que la conditionnalité dont sont assortis les prêts figure dans un programme d’ajustement macroéconomique.
Cela sonne comme les programmes d’ajustement structurels qui ont ruiné tous les pays
d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique Latine qui se sont laissés berner par le FMI.
A l’expérience de la crise financière, on pourrait imaginer que les dirigeants qui ont conçu le MES, cherchent à s’extraire de la domination des marchés.
Eh bien non, l’article 21 autorise le MES à emprunter sur le marché des capitaux auprès des banques, des institutions financières afin de réaliser son but.
Qui plus est le directeur général est autorisé à placer, c’est à- dire, à spéculer avec les fonds déposés.
Il peut payer les coûts d’exploitation et administratifs avec les gains de la spéculation. (Article 22)
Et puis comme il n’y a pas de petits profits, le MES cherche à couvrir ses coûts de financement et d’exploitation et prévoit une marge appropriée (Article 20).
Les modalités de distribution des dividendes sont même prévues (article 23).
Pour éviter toutes complications fiscales, le siège du MES est fixé à Luxembourg, paradis fiscal, et, comme on n’est jamais assez prudent, l’article 36 exonèrent le MES de tout impôt direct.

Synthèse
On peut donc dire que le MES n’est pas un mécanisme de solidarité.
Il vise d’abord à prêter des fonds aux pays qui ne peuvent plus emprunter directement
sur le marché financier.
Le MES consacre la domination des marchés financiers.
Il est une camisole de force pour soumettre les peuples aux exigences des marchés.
Il se dit que le S ne signifie pas solidarité mais S pour servitude.
Les 17 états de la zone euro vont emprunter sur les marchés financiers chacun au taux auquel les banques lui prête (y compris la Grèce qui doit fournir 2,8% du capital soit 19 milliards d’€) pour constituer le capital.
Le MES empruntera sur les mêmes marchés pour prêter aux états qui le demandent.
Alors qu’il aura fallu prendre des dispositions pour financer des politiques publiques européennes, pour développer les investissements utiles, c’est exactement le cap opposé qui est pris.
La BCE continue de prêter aux banques à 1%.
Il aurait été plus efficace que la BCE prête directement aux banques centrales et établissements financiers publics comme l’autorise tout à fait dès aujourd’hui, sans changer les traités, l’alinéa 2 de l’article 123 du traité de fonctionnement de l’UE (TFUE).
Ceuxci pourraient alors prêter aux états à un taux proche de celui de la BCE, sans avoir à passer par la case marchés financiers.
Pas besoin de changer les traités, sinon d’une volonté politique de s’affranchir de la domination des marchés, donc un rapport de forces à construire.
Avant de procéder à un changement complet des objectifs et du rôle de la BCE, condition essentielle pour mettre en oeuvre un autre modèle de développement en Europe.

* TSCG : Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance budgétaire

 

http://www.ftm.cgt.fr/textelong.php?IDchapitre=905&IDrub=5&IDsousrubrique=64

Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 09:35

Elle ne doit pas servir à payer les salaires au SMIC

Selon les juges, dès lors que les salariés ne se tiennent pas à la disposition de l’employeur pendant les pauses, il ne s’agit pas de temps de travail effectif.

Donc, la prime rémunérant ces pauses ne doit pas être intégrée à l’assiette permettant de vérifier si le salarié est au moins payé au SMIC.

En l’espèce, les salariés de Carrefour bénéficiaient d’une « pause payée à raison de 5% du temps de travail effectif ».
Selon l’arrêt de 2010, « dès lors que pendant les pauses, les salariés n’étaient pas à la disposition de l’employeur, elles ne constituaient pas du temps de travail effectif.
Ainsi, les primes les rémunérant, ne sont pas la contrepartie du travail, dont la détermination dépend de facteurs généraux sur lesquels les salariés n’influent pas, sont exclues du salaire devant être comparé au SMIC ».

L’avocat de Carrefour a tenté de s’appuyer sur ce positionnement de la Cour de cassation arguant que les salariés de Carrefour influaient sur la rémunération du temps de pause puisque celle-ci était fonction de leur temps de travail effectif soit 5%.
Mais la Cour a laissé de côté la référence aux « facteurs généraux sur lesquels les salariés n’influent pas » pour affirmer finalement que « dès lors qu’il n’est pas contesté que pendant les pauses, les salariés n’étaient pas à la disposition de l’employeur de sorte que celles-ci ne constituaient pas du temps de travail effectif.
Aussi, les primes les rémunérant ne sont pas la contrepartie du travail et sont exclues du salaire devant être comparé au SMIC ».
Le seul critère désormais est donc la qualification ou non des pauses en temps de travail effectif en fonction de la libre disposition de celles-ci pour le salarié.
Il nous faut donc vérifier nos fiches de paie car de nombreux salariés de la métallurgie bénéficient des pauses payées hors temps de travail effectif.

Réf: Cass. Soc. 21/03/2012, n°10-27.425 et n°10- 21.737

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 08:17

L'espoir ne s'invente pas, il se construit. Pour la CGT travailler l'avenir demeure attacher à notre démarche syndicale unitaire autour des revendications de salariés. C'est ainsi que la CGT a conçu toute la période de mobilisations sur les retraites. C'est pour cela que cette question demeure vivace dans la réflexion collective et fait toujours partie des objectifs revendicatifs actuels.

C'est dans cet état d'esprit que la CGT conduit les batailles pour l'emploi et l'avenir industriel qui permettent de déboucher sur la construction de perspectives d'avenir pour des entreprises comme la SBFM à Lorient, la Réparation Navale Marseillaise et Brestoise, la Fonderie de Cléon ou du Poitou.

C'est avec cette détermination que les rapports de forces se construisent dans la sidérurgie, dans l'automobile, l'aéronautique, la téléphonie, l'informatique, etc…

C'est avec assurance que la CGT a fait avancer l'idée de l'indispensable augmentation des salaires, avec une grille pour la reconnaissance des qualifications et de l'expérience, mais aussi la nécessité de la prise en compte de l'amélioration des conditions de travail et la réparation des dégâts humains liés à celles-ci.

Dans la dernière période, la démarche syndicale de la CGT a permis la non-signature d'accords comme sur la "pénibilité" avec l'UIMM ou sur la "Compétitivité/Emploi" avec le MEDEF ou encore la démultiplication de conflits sociaux unitaires dans les grands groupes.

C'est dans ce contexte, que la CGT a donné avec fermeté son opinion dans le cadre des échéances politiques.

C'est avec l'ensemble de ces données que se prépare le prochain rendez-vous de lutte unitaire et interprofessionnelle du :

1er MAI 2012

Dans chaque entreprise, préparons ce moment de lutte et sortons les banderoles.

Ensemble pour de nouvelles conquêtes

Partager cet article
Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 16:07

Plusieurs mesures ont été actées par le ministre du Travail, dont la première concerne la suppression de l’autorisation administrative préalable au recours à l’activité partielle.

L’avis du Comité d’Entreprise devra cependant être transmis à l’administration qui, en cas d’avis négatif, devra exercer une vigilance particulière.
Le décret 2012-183 du 7 février 2012 et l’Accord National Interprofessionnel du 6 février 2012 prévoient que l’Unedic financera une allocation d’APLD dès la 1ère heure de réduction d’activité.

Qu’est-ce que l’APLD ?
L’activité partielle de longue durée est un dispositif alternatif au chômage partiel qui permet d’indemniser les salariés qui subissent une réduction d’activité en dessous de la durée légale pendant une période de longue durée.
Applicable depuis le 1er mai 2009, elle permet de faire face à la réduction d’activité des entreprises suite à la crise économique.
La suspension et /ou la réduction de la durée du travail des salariés doit être provisoire, collective et avoir un motif à caractère exceptionnel.
Le fait pour les salariés d’être mis en Activité Partielle de Longue Durée :
- constitue une suspension du contrat de travail.
- ne constitue pas une modification du contrat de travail.

A noter : les salariés ne peuvent donc pas refuser cette réduction d’activité et de rémunération.
Le refus par le salarié de se soumettre aux nouveaux horaires de l’APLD peut être signée dans une entreprise qui procède, par ailleurs à des licenciements économiques pour autant que l’employeur ait réduit le nombre de ces derniers.
Cependant, la mise en chômage partiel des salariés protégés obéit à des règles particulières.
Aucun changement des conditions de travail ne pouvant être imposé à ces derniers, l’employeur doit leur demander leur accord avant de procéder à leur mise en chômage partiel.
S’ils refusent, il doit leur verser leur salaire habituel.

A quoi sert l’APLD ?
Elle permet à l’entreprise :
- de réduire la durée légale du travail
- de donner au salarié une meilleure indemnisation que le chômage partiel dit « classique ».

Quels sont motifs pour recourir au chômage partiel ?
C. trav., art. R. 5122-1
- la conjoncture économique
- des difficultés d’approvisionnement en matières premières ou en énergie
- un sinistre
- des intempéries de caractère exceptionnel
- la transformation, restructuration ou modernisation de l’entreprise
- toute autre circonstance de caractère exceptionnel.
(essentiellement les cas de « force majeure » ex : situation qui n’a pu être prévue, ni empêchée et qui n’est pas imputable à la personne qui entend s’en prévaloir).

Dans une instruction diffusée en 2008, l’administration a précisé que le chômage partiel peut être accordé :
- aux entreprises en redressement judiciaire, « dans la perspective d’une reprise de l’entreprise » (par contre, selon l’instruction, les entreprises en liquidation judiciaire doivent rester exclues de ce dispositif)
- en cas de reprise de l’entreprise (dans un tel cas, le repreneur doit être autorisé à recourir au chômage partiel s’il remplit les conditions pour en bénéficier)
- aux entreprises sous-traitantes, y compris lorsqu’elles sont « victimes de réduction de charges conjoncturelles imposées par leur donneur d’ordre » (l’instruction explique en effet qu’en raison des liens qui unissent les entreprises sous-traitantes aux sociétés donneuses d’ordre, les difficultés de ces dernières ont un impact direct sur l’activité des entreprises de sous-traitance).

Quelles modalités l’employeur doit-il mettre en oeuvre ?
C.trav. art.5122-45
Une convention d’activité partielle doit être signée avec une organisation professionnelle ou interprofessionnelle patronale ou une entreprise et le ministre chargé de l’emploi ou le préfet ou, par délégation de celui-ci, par le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.

Les IRP doivent-elles être consultées ?
C. trav. art. L. 2323-6 et L. 2323-29
Les représentants du personnel (CE ou à défaut DP) doivent être consultés et connaître avant toute signature de convention :
- les raisons économiques du recours à cette activité partielle
- les activités et les catégories professionnelles concernées
- les modalités de mise en oeuvre des réductions d’horaire
- Les formations susceptibles d’être engagées pendant l’activité partielle. art. D. 5122-44

L’avis préalable des Instances Représentatives du Personnel devra être transmis sans délai par l’employeur au préfet.
En cas d’avis défavorable de ces instances, l’employeur joindra les éléments qui leur ont été présentés retraçant les motifs de la réduction ou de la suspension temporaire d’activité.

A noter : La non-consultation des IRP constitue un délit d’entrave

Quelle durée minimum et maximum de la convention APLD ?
La conclusion de la convention sera faite pour une durée
- de 3 mois renouvelable
- et ne pourra excéder une durée totale supérieure à 12 mois.
Toutefois, et à titre expérimental jusqu’au 30/09/2012, il sera possible de conclure une convention pour une durée de 2 mois minimum.

Quel montant l’employeur percevra t-il ?
C. trav L.5122-13
Ci-dessous un tableau synthétisant le nouveau dispositif de chômage partiel :



APLD = ALLOCATION SPECIFIQUE (Etat) + complément (UNEDIC) dès la 1ère heure
4,84 + 2,90 = 7,74€ = entreprise jusqu’à 250 salariés 4,33 + 2,90 = 7,23€
= entreprise au-delà de 250 salariés


Une aide de l’Etat avec quelles contreparties ?
C. trav.art. D. 5122-51
L’employeur s’engage :
- à maintenir dans l’emploi les salariés subissant cette réduction d’activité partielle pendant une période égale au double de la durée de la convention qu’il a signé.
- A verser une rémunération à hauteur de 75% du salaire horaire brut des heures chômées (y compris 13ème mois et ancienneté).
Cette rémunération sera exonérée des cotisations (sauf CSG et RDS) et sera imposable au titre de l’impôt sur le revenu.

Quels engagements de l’employeur ?
C. trav., art. D. 3171-4 et D. 3171-17-L 3.171-1
- les modifications d’horaires envisagées au titre du chômage partiel doivent être communiquées à l’inspecteur du travail
- l’employeur doit afficher les nouveaux horaires de travail dans l’entreprise
- Informer individuellement les salariés des mesures de chômage partiel les concernant
- Proposer à chaque salarié bénéficiaire de la convention un entretien individuel en vue notamment d’examiner les actions de formation ou de bilans qui pourraient être engagées dans la période de chômage partiel.

Quelles sanctions dans le cas du non-respect de l’employeur ?
C. trav., art. D. 5122-51
L’employeur devra :
- Rembourser les allocations complémentaires perçues pour chaque salarié licencié pour motif économique ou mis à la retraite, ou bien encore en cas de départ volontaire à la retraite dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi.
- Rembourser les allocations complémentaires perçues pour un salarié faisant l’objet d’une rupture conventionnelle, s’il est constaté à l’occasion de l’instruction de la demande d’homologation, qu’il y a eu stratégie de contournement des obligations nées de la mise en oeuvre de l’APLD.

A noter : cependant l’Administration n’a pas la possibilité de contrôler l’opportunité du recours au chômage partiel.
Elle ne peut pas par exemple subordonner l’attribution de l’allocation spécifique à la condition que l’employeur ait préalablement mis en oeuvre ou tenté de mettre en oeuvre des solutions de gestion alternatives, par exemple en réorganisant le travail ou en incitant les salariés à prendre des jours de congé ou de repos (CE, 23 juillet 2003, n° 241874).

Quels salariés peuvent bénéficier de l’APLD ?
- Les salariés subissant une réduction d’activité en dessous de la durée légale (CDI, CDD, Intérimaires et contrat à temps partiel).

Attention, sont exclus de ce dispositif :
- Les apprentis
- Les salariés soumis à une convention de forfait en heures ou jours sur l’année (art. R. 5122-8)
En effet, ces conventions ne permettant pas de connaître l’horaire habituellement pratiqué tel que mentionné à L. 5122-1 du code du travail, il n’est donc pas possible de décompter le nombre d’heures réellement chômées en cas de réduction d’horaire.
Il peut y avoir néanmoins indemnisation au titre du chômage partiel pour ces catégories de salariés si l’entreprise procède au chômage partiel, non par une réduction du temps de travail, mais par la cessation complète d’activité. (Fermeture temporaire de l’entreprise).

Quel est le nombre d’heures indemnisables par salarié ?
- 1 000 heures/an et par salarié
En cas de fermeture temporaire de l’entreprise, la durée de versement des allocations est limitée à
- 6 semaines (toutefois, en cas de sinistre, la durée de versement de l’allocation complémentaire conventionnelle est limitée à 14 jours).
- La durée ne peut excéder 6 semaines, car après cette durée, l’employeur ne peut plus maintenir ses salariés dans le dispositif.
Les salariés peuvent s’inscrire à Pôle Emploi pour être indemnisés et être reconnus comme demandeurs d’emplois.

Comment sont calculées les heures indemnisables ?
C. trav., art. R. 5122-11
Le nombre d’heures indemnisables au titre du chômage partiel correspond à la différence entre la durée légale du travail applicable dans l’entreprise ou, lorsqu’elle est inférieure, la durée collective du travail ou la durée stipulée au contrat, et le nombre d’heures réellement travaillées sur la période considérée.
L’appréciation des heures chômées se fait sur le mois.

Quelle rémunération pour les heures chômées ?
C. trav., art. D. 5122-46 et 48
Le salarié peut bénéficier d’une rémunération équivalente à :
- 75% du salaire horaire brut (cotisations CSG et RDS uniquement).

Si le salaire est inférieur au SMIC le salarié percevra une allocation complémentaire lui permettant d’obtenir une rémunération mensuelle minimale (RMM).
(c. trav. art. L. 3232-4).
L’indemnisation des heures chômées est versée par l’employeur aux dates normales de la paie.
- 100% du salaire net si une formation est entreprise par le salarié durant cette baisse d’activité

Le chômage partiel a-t-il une incidence sur l’attribution et les montants des primes perçues en temps normal ?
(panier, nuit, transport, exercice, poste, ancienneté)

Selon la Cour de Cassation, les indemnités d’activité partielle sont des substituts de salaires.
Elles doivent donc être incluses nécessairement dans l’assiette de calcul :
- Du 13ème mois et de la prime d’assiduité
- De la prime d’ancienneté calculée sur les appointements réels des salariés

Peut-on profiter de cette activité partielle pour se former ?

L’articulation entre chômage partiel et formation est depuis fortement encouragée ; on peut utiliser les dispositifs suivants :
- Le plan de formation
- La période de professionnalisation
- Le CIF (Congés individuel de formation)
- Le DIF (Droit Individuel à la Formation)

A noter : en principe, toutes les formations organisées pendant le temps de travail (adaptation au poste ou liée à l’évolution ou au maintien dans l’emploi dans l’entreprise) sont considérées comme un temps de travail effectif, en application de l’article L. 6321-2 du code du travail.
Toutefois, des périodes d’activité partielle (ou de chômage partiel) peuvent être alternées avec des périodes de formation.
En cas d’alternance entre le chômage partiel et de telles formations, la période de chômage partiel sera appréciée sur la durée pour laquelle les salariés ne sont pas en formation, ce qui permet à l’entreprise de limiter le recours à l’activité partielle (ou chômage partiel).
Par ailleurs, l’entreprise peut bénéficier d’un financement complémentaire par la signature d’une convention FNE-formation avec la DDTEFP (ou Direccte).
Enfin, l’État et le Fonds unique de péréquation (FUP) ont mis en place par une convention du 21 avril 2009 (modifiée par avenant du 28 décembre 2009) un dispositif exceptionnel de financement de la formation professionnelle pour les salariés d’entreprises en situation d’activité partielle (ou de chômage partiel).
Le ministère du travail invite les entreprises à se rapprocher de leur OPCA pour mobiliser ces moyens.

L’employeur peut-il quand même demander aux salariés d’accomplir des heures supplémentaires ?
Oui, même si le ministère estime qu’une entreprise mise en activité partielle n’a pas vocation à recourir pendant la même période et pour les mêmes salariés aux heures supplémentaires, alors que ces dernières bénéficient, en outre, de l’exonération TEPA. Mais rien ne l’interdit.
Les heures supplémentaires, dites structurelles, réalisées par les entreprises demeurées à 39 heures hebdomadaires, ne sont pas indemnisées au titre de l’activité partielle par l’allocation spécifique.

Les jours de RTT doivent-ils être pris pour bénéficier de l’allocation APLD ?
Dans les cas où les journées ou demi-journées de RTT sont attribuées sur l’année, de manière forfaitaire, l’allocation ne peut être attribuée qu’après la prise de ces journées ou demi-journées de repos laissées au choix de l’employeur.
Cette condition n’est pas exigée en cas de fermeture temporaire de l’établissement.

A noter : pas d’acquisition de jours de RTT durant l’APLD.

Le salarié peut-il cumuler plusieurs emplois en cas d’APLD ?
Il est possible (sauf en cas de chômage partiel pour intempéries) de cumuler plusieurs emplois pendant la période de suspension du contrat de travail liée à la mise au chômage partiel, à condition toutefois que le contrat de travail ne comporte pas de clause d’exclusivité.
Ce cumul d’emploi devra être réalisé dans le respect des principes de loyauté et de non-concurrence et dans le respect de la durée légale du travail.
Les intéressés bénéficient en pareil cas des allocations de chômage partiel et de la rémunération au titre de leur nouvel emploi.
Il est conseillé au salarié d’informer son employeur de sa décision d’exercer une activité professionnelle dans une autre entreprise pendant la suspension de son contrat de travail en précisant le nom du nouvel employeur et la durée prévisionnelle de travail.

Quelle incidence l’APLD ?
Sur les congés payés
La réduction des horaires sur l’année suite à une baisse d’activité n’impacte pas l’acquisition des congés (Sauf dans le cas d’une fermeture de l’entreprise).

A noter : à ce sujet l’Art. R. 5122-10, nous précise qu’en cas de fermeture d’un établissement pour mise en congé annuel des salariés, ceux qui ne remplissent pas les conditions requises pour bénéficier de la totalité de ce congé peuvent prétendre individuellement aux allocations pour privation partielle d’emploi, compte tenu des journées ou des indemnités compensatrices de congés payés dont ils auraient pu bénéficier pendant la période de référence.
Selon la jurisprudence, l’employeur qui ne transmet pas la demande individuelle du salarié au service compétent (c’est-à-dire le préfet, ou éventuellement par délégation, la DDTEFP ou Direccte peut être condamné à des dommages-intérêts pour privation du chômage partiel a période de référence.
L’ANI du 8 octobre 2009, qui modifie l’ANI du 21 février 1968, prévoit que les périodes de chômage partiel sont prises en compte en totalité dans le calcul de la durée des congés payés, mais n’entrent pas dans la rémunération pour le calcul de l’indemnité des congés payés.

En cas de maladie
Si les dispositions conventionnelles instituant le versement d’une indemnité complémentaire de l’indemnité journalière « ont entendu éviter qu’un salarié malade subisse de ce fait un préjudice par rapport aux autres membres du personnel, elles n’ont pas pour autant institué en sa faveur une rémunération supérieure à celle qu’il aurait effectivement perçue s’il avait été valide ».
Dès lors, lorsqu’une société a mis son personnel en chômage technique pendant la période de maladie, l’employeur n’est pas tenu de verser au salarié malade les compléments de rémunération correspondant à cette période.

A noter : si un salarié tombe malade avant que la période de chômage partiel soit déclenchée par l’employeur, il sera indemnisé par le régime de l’arrêt maladie (IJSS) et s’il tombe malade alors qu’il est déjà en activité partielle, il percevra l’allocation APLD.
Sur la retraite sécurité sociale et retraite complémentaire

Les périodes de chômage partiel sont assimilées à des périodes d’assurances ouvrant droit à pension.
Les allocations complémentaires versées au titre d’une APLD, échappent aux cotisations de sécurité sociale applicables aux salaires, aux cotisations et aux prélèvements alignés sur cette assiette (cotisations de chômage et de retraite complémentaire, notamment).

Par ailleurs, les périodes de chômage partiel indemnisées sont validées pour la retraite complémentaire (cadres et non-cadres) lorsqu’elles excèdent 60 heures au cours d’une même année.

L’employeur a-t-il l’obligation de tenir les réunions obligatoires (CE, DP, CHSCT) si toute l’entreprise est en chômage ou même juste une partie de l’entreprise?
Le salarié dont le contrat de travail est suspendu reste représentant du personnel.
Cela signifie que l’employeur devra continuer à le convoquer à toutes les réunions périodiques de l’institution représentative à laquelle il appartient (CE, comité central d’entreprise, délégués du personnel, CHSCT, réunions de négociation avec les délégués syndicaux, etc.) et à lui fournir toutes les informations lui permettant de remplir sa mission.

Les élus disposent-ils du même nombre d’heures de délégation pendant une période de chômage partiel ?
Durant la période de chômage partiel, le représentant du personnel peut librement venir exercer son mandat dans l’entreprise dans le but notamment de participer à des réunions d’information ou des réunions préparatoires ou de prendre des contacts avec les salariés,

A noter : il a été jugé qu’un employeur qui interdit à deux délégués du personnel, dont le contrat de travail était suspendu pour cause de chômage technique, de pénétrer dans les locaux de l’entreprise et de communiquer avec les salariés commet un délit d’entrave.


Et si l’employeur n’a pas souscrit à une convention APLD ?
Article D5122-13
Les salariés bénéficient dans ce cas-là de l’allocation spécifique de chômage partiel équivalent à :
- 60% du salaire brut avec une garantie minimum sans être inférieur à 6,84€/heure
+ D’une allocation conventionnelle complémentaire à la charge de l’employeur résultant de l’ANI du 21-02-1968 et de son avenant du 15-12-2008.

Incidence sur les primes
- Les allocations de chômage partiel, se substituant aux salaires, elles doivent être prises en compte pour le calcul de primes et gratifications.
Elles sont donc incluses dans l’assiette des rémunérations servant au calcul d’une prime de 13e mois et d’une prime d’ancienneté calculée sur les appointements réels.

A noter : si le chômage partiel n’est pas mis en oeuvre alors que les conditions de recours étaient remplies, l’employeur peut être condamné à réparer le préjudice subi par les salariés du fait de sa carence.

Le point de vue de la CGT
La CGT n’a pas souhaité signer cet accord lequel profite bien plus aux intérêts économiques des entreprises (elles peuvent dorénavant recourir au chômage partiel sans aucune autorisation administrative), au détriment d’une véritable sécurisation professionnelle des salariés.
La CGT souhaitait aussi procéder à de véritables discussions de fond, notamment en proposant de simplifier et d’unifier les trois dispositifs actuels de chômage partiel existants (APLD, chômage partiel et chômage partiel total), ce qui n’a pu être fait.
La CGT souhaite avant tout négocier un véritable contrat de sécurisation des emplois pour pallier aux licenciements, véritable alternative de solidarité qui mettrait plus à contribution les entreprises que ne le fait l’accord actuel.

A noter : il est clairement précisé que l’incompatibilité entre le chômage partiel et les licenciements pour motif économique ne joue que pour une même période, une même population et un même motif.
Par conséquent, il est envisageable que l’employeur sollicite du chômage partiel en même temps qu’il procède à des licenciements, dès lors que les groupes de salariés sont clairement identifiés et distincts.

 

http://www.ftm.cgt.fr/textelong.php?IDchapitre=883&IDrub=1&IDsousrubrique=6

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 21:20

lundi 26 mars 2012, par F. Dayan


Un ancien cadre de Renault a fait définitivement condamner le constructeur automobile pour discrimination raciale. La Cour de cassation a rejeté le pourvoi du constructeur qui avait été condamné en avril 2010 par la cour d’appel de Versailles à verser 249 900 euros de dommages et intérêts au plaignant.

La Cour d’appel de Versailles avait confirmé une décision du Conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt de 2005, reconnaissant une discrimination. Cet ancien salarié avait été engagé le 1er août 1970 par Renault comme cadre stagiaire et avait terminé sa carrière comme chef de projet de l’organisation informatique d’une direction de la société. Le plaignant s’était basé sur une expertise ayant établi qu’il était largement moins bien payé que des cadres de même niveau. Selon Renault, ce cadre avait eu une évolution de salaire « normale mais faible en raison d’une performance individuelle insuffisante ».

 

http://www.cgt.fr/Renault-definitivement-condamnee.html

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:25

La contradiction fondamentale entre le travail et le capital n'a jamais été aussi patente. Les actionnaires, les PDG et les hauts dirigeants des groupes continuent de se "goinfrer" et d'accumuler à leur seul profit le fruit du travail des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs et des cadres.

Mais au moment où les chantres du libéralisme et le patronat argumentent sur le prix du travail trop élevé en France, les salariés eux se mobilisent pour exiger des augmentations de salaire. Les difficultés de la vie pour les salariés s'accumulent carburant, loyer, nourriture, énergie etc… en hausse vertigineuse, remet en cause les équilibres de millions de familles.

Les travailleurs de plus en plus nombreux se mobilisent dans les établissements, souvent dans l'unité syndicale. Dans la dernière période, les convergences dans les groupes et les territoires sont à l'ordre du jour.

Avec la bataille sur l'augmentation des salaires, en termes de pouvoir d'achat, se pose la question de la reconnaissance des qualifications et du déroulement de carrière. Cela nous engage à mettre en débat la grille de salaire national.

Avec le mal vivre au travail se pose les revendications sur les conditions de travail, de la retraite anticipée et de l'embauche.

 

 

LE TRAVAIL DOIT REPRENDRE LE DESSUS SUR LE CAPITAL.

 

Ensemble pour de nouvelles conquêtes

 

Alain PREVOST

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:32
Partager cet article
Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 16:05

Le groupe américain VISTEON est un sous traitant équipementier automobile employant 1 400 personnes en France (2 300 en 2002) et 24% de salariés précaires en moyenne.

La situation devient de plus en plus inquiétante au sein du groupe puisque la politique menée depuis plusieurs années consiste, avec l’aide des constructeurs RENAULT et PSA, à restructurer l’ensemble des sites licenciant des centaines de salariés.

11 Plans de Sauvegarde pour l’Emploi en 6 ans ont été mis en place supprimant un peu plus de 900 salariés.

Pourtant, rien ne justifie cette situation puisque les bénéfices du groupe affichent à fin 2011 un milliard de dollars.

Les élus CGT du groupe, la FTM, la FNIC et les instances départementales réunis le 01 mars à GONDECOURT ont dressé un bilan de cette situation catastrophique.

Nous dénonçons la répression syndicale envers nos militants CGT, la pression faite sur les salariés dans les entreprises, les conditions de vie et de travail devenant de plus en plus déplorables sur les postes de travail.

Nous dénonçons également le manque de perspectives et de stratégies industrielles notamment sur les consultations de produits nouveaux affectés par les donneurs d’ordres mettant en péril les entreprises.

Le savoir faire, les compétences existent dans le groupe VISTEON à partir du moment où l’on s’en donne les moyens.

Comme dans beaucoup d’autres groupes du secteur, d’autres choix sont nécessaires pour le développement de l’emploi dans la filière automobile, pour la réponse aux besoins, ainsi que pour répondre aux exigences du développement humain durable.

Nous voyons bien que les grands groupes du secteur automobile annoncent d’excellents résultats financiers, ce qui démontre bien que les moyens existent pour mettre une véritable politique industrielle dans ce pays. C’est ce que propose la CGT avec la campagne qui sera menée courant mars dans les entreprises. Nous exigeons une autre répartition des richesses. Le Capital, les actionnaires ne fournissent aucune richesse dans l’entreprise. Le savoir-faire des salariés a permis de réaliser un chiffre d’affaires record et les bénéfices ne vont que dans les poches des actionnaires.     

Les syndicats CGT du groupe VISTEON appellent tous les salariés dans l’action pourl a journée du 20 mars 2012 devant les entreprises, afin que cesse cette casse industrielle sans précédent.

Partager cet article
Repost0