Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de Faurecia Clean Mobility (Beaulieu Structures)
  • : C'est le blog de la CGT de Faurecia Systèmes d’Échappement (Faurecia Clean Mobility) à Beaulieu Protos, Seloncourt, Bavans et R&D Moteurs à Etupes
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Archives

Catégories

4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 18:27

Le dispositif d’Allocation équivalent retraite (AER) annoncé ce matin par Xavier Bertrand, ministre du Travail, s’apparente, avant même son application, à un dispositif « d’enfumage » et de communication destiné à faire croire que le gouvernement se préoccupe des conséquences abruptes de la réforme des retraites pour les demandeurs d’emploi âgés.

En effet, moins de 10 000 demandeurs d’emploi pourraient y prétendre d’ici à 2014, alors que le dispositif AER supprimé en 2010 couvrait plus de 60 000 demandeurs d’emploi par an et ce, jusqu’à l’âge de leur départ en retraite.

Avant même sa création, on peut affirmer que ce dispositif subira les mêmes limites que « la prime de 500 € pour les jeunes », le « dispositif RSA jeunes » ou encore « l’allocation des chômeurs en fin de droits », « la prime dividendes ». Il suffisait auparavant aux demandeurs d’emploi, quel que soit leur âge de justifier de 160 trimestres cotisés ou validés pour bénéficier de l’AER. Le dispositif s’adressera dorénavant uniquement aux demandeurs d’emploi nés entre juillet 1951 et décembre 1953 qui devront, en plus, justifier de 164 trimestres uniquement cotisés (et non validés).

Les femmes élevant des enfants et les salariés en maladie, en arrêt de travail ou en invalidité seront une nouvelle fois pénalisés.

La CGT demande le rétablissement de l’AER pour l’ensemble des demandeurs d’emplois âgés jusqu’au moment de l’ouverture des droits à la retraite.

La mobilisation sur la retraite reste d’actualité et sera au cœur de la journée d’action unitaire interprofessionnel du 11 octobre 2011.

Montreuil, le 3 octobre 2011

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 15:43

Non content d’avoir imposé une réforme injuste et inefficace en 2010 qui produit déjà des dégâts, notamment en termes de chômage, le Premier ministre, indique qu’il faudrait maintenant s’aligner sur l’Allemagne en ce qui concerne l’âge de départ à la retraite. Dans ce pays, celui-ci passera progressivement à 67 ans en 2029.

Cette fuite en avant ne règlerait pourtant rien, bien au contraire. Ainsi, alors que dans la plupart des pays européens, des dispositions similaires ont déjà été prises, remettant en cause les droits à retraite, on voit bien avec l’actualité du moment, que cela n’empêche en rien d’aller droit au mur du point de vue économique, mais qu’en revanche, c’est désastreux pour le monde du travail.

Plutôt que de se plier aux exigences des marchés financiers et de leurs agences de notation, il faut mettre en œuvre une véritable politique de l’emploi et se donner les moyens d’une relance durable par le pouvoir d’achat, une amélioration de la protection sociale et le développement des services publics.

S’agissant des retraites, ce qui doit être engagé en France, c’est également une réforme d’ampleur des financements qui prenne en compte l’augmentation de la productivité du travail, laquelle profite de plus en plus aux actionnaires et de moins en moins à ceux qui produisent les richesses.

Pour ce qui est de l’alignement sur l’Allemagne, il témoigne avec force que l’argument démographique n’a été en 2010 qu’un prétexte, tant les situations de l’Allemagne et de la France sont de ce point de vue différentes. L’Allemagne est dans une situation critique en matière de vieillissement du fait d’un taux de natalité extrêmement bas lié en particulier au sort peu enviable des femmes qui sont sommées de choisir entre enfants ou travail. A l’inverse, le taux de natalité en France est un des plus élevé d’Europe.

Rappelons enfin, que si l’Allemagne a décidé en 2007 de porter d’ici à 2029 l’âge de la retraite à 67 ans, cela ne signifie en rien que sa situation est satisfaisante. Ainsi, au moment du passage à la retraite (qui peut intervenir dans certaines conditions dès 63, voire 60 ans), 17 % seulement des salariés sont réellement en emploi.

Autant d’élément qui confortent la nécessité d’agir nombreuses et nombreux le 11 octobre prochain.

Montreuil, le 23 septembre 2011

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 11:23

La CGT condamne avec fermeté le chantage inqualifiable du groupe Montupet sur les salariés de la Fonderie du Poitou Aluminium de Châtellerault dans la Vienne.

En exigeant une baisse des salaires de 25% et en pratiquant le chantage à l’emploi, Montupet prend le risque d’une catastrophe sociale et de l’implosion d’un outil industriel, lourdes de conséquences dans un bassin d’emplois qui a déjà été lourdement sinistré ces dernières années.

Au nom des « sacro‐saintes » marges des constructeurs donneurs d’ordres tels que Renault et Peugeot, c’est une mise en concurrence sauvage des salariés pour garantir les profits des actionnaires.

Les faits sont là, depuis la vente par Bavaria au groupe Montupet de la Fonderie Aluminium de Chatellerault sous la bienveillance de Renault aucun centime d’euro n’a été investi dans l’entreprise mais 2,2 Millions d’euros ont été prélevés dans la trésorerie du site au titre des frais de sièges de Montupet.

Chacun doit prendre ses responsabilités : Les pouvoirs publics, actionnaires de Renault. Renault SA, qui a cédé cette Fonderie en 1998 pour faire de l’argent facile et aujourd’hui principal donneur d’ordres, doit reprendre la FDPA. C’est cette solution qui a prévalu pour la SBFM en BRETAGNE, cela permet aujourd’hui le réinvestissement dans l’outil industriel de plus de 100 Millions d’euros et l’ouverture du bureau d’embauches.
Pour sa part, Montupet a tout à gagner à revoir à la hausse les rémunérations et qualifications de ses bases nationales en refusant le diktat des donneurs d’ordres de produire toujours au « moins‐disant social ».

La CGT et ses organisations se placent résolument aux côtés des salariés de la FDPA dans l’action pour obtenir satisfaction à leurs légitimes revendications et seront à leurs côtés pour les soutenir dans leurs démarches.

 

Déclaration de la Confédération Générale du Travail, de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie et de l’Union Départementale de la Vienne sur la situation de la Fonderie du Poitou Aluminium (F.D.P.A.)

 

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 08:40

Le 20 septembre, l’Assemblée Générale des Nations Unies sera saisie d’une demande de reconnaissance de la Palestine en tant que 194e Etat membre de l’ONU.

La CGT réaffirme son soutien à cette demande légitime et justifiée dans la situation actuelle.

En effet la reconnaissance de la Palestine en tant qu’Etat, est un élément indispensable pour le respect des droits des palestiniens. Cela permettra d’inscrire la légalité et les négociations dans le cadre des résolutions de l’ONU, notamment celles reconnaissant les frontières de 1967 et Jérusalem Est comme capitale de ce nouvel Etat et le droit au retour des réfugiés.

Un Etat palestinien membre de plein droit de la communauté internationale ouvrira de nouvelles perspectives pour un règlement du conflit, la fin de l’occupation et pour la liberté et l’indépendance des palestiniens.

Pour cela la CGT attend du gouvernement français qu’il soutienne cette demande mais également qu’il intervienne pour que l’Union Européenne et ses Etats membres votent cette reconnaissance.

Montreuil, le 13 septembre 2011

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 09:35

La CGT exige le retour à l’exonération des contrats « solidaires et responsables ».

Dans le cadre de son plan d’austérité, le Gouvernement veut doubler la taxe que payent les mutuelles et institutions de prévoyance sur les contrats « solidaires et responsables » en faisant passer son taux de 3,5% à 7%.

Cette mesure se traduira inéluctablement par une nouvelle augmentation des cotisations que payent les assurés sociaux pour leur mutuelle, alors que la politique de maîtrise comptable des dépenses d’assurance maladie se traduit par un transfert croissant des dépenses de l’assurance maladie vers les mutuelles. Cette nouvelle augmentation risque d’empêcher de nombreux salariés et retraités modestes d’adhérer à une mutuelle, ou les conduira à recourir à une protection minimale

Ce projet doit être abandonné. La CGT exige le retour à l’exonération totale de la taxe spéciale sur les conventions d’assurances qui existait jusqu’à fin 2010.

Elle sera disponible pour engager toute action pour obtenir l’abandon de cette mesure inique.

Elle invite ses organisations à porter cette exigence dans le cadre de la journée nationale interprofessionnelle du 11 octobre prochain.

Au-delà, la CGT qui a élaboré des propositions précises en ce sens, entend porter sur le débat la nécessité d’une meilleure organisation de notre système de santé, en lien avec l’indispensable réforme du financement de la Sécurité sociale.

A Montreuil, le 7 septembre 2011

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 08:49

Le gouvernement a annoncé le 24 août des mesures censées réduire « le déficit de la France ». Les organisations syndicales CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires en dénoncent le caractère injuste et inéquitable. La facture est principalement supportée par les salariés et les consommateurs. Le gouvernement ne remet pas en cause les niches fiscales dont on sait qu’elles n’ont aucune efficacité économique et sociale. La contribution des plus hauts revenus reste symbolique et n’est pas de nature à réduire les inégalités.

Pour relancer la croissance, en respectant les impératifs de développement durable, réduire les inégalités et maîtriser les déficits, une politique visant une autre répartition des richesses et favorisant le développement économique et social est incontournable.

Cela suppose des réformes structurelles importantes comme une réforme globale de la fiscalité intégrant une plus grande progressivité, une politique industrielle coordonnée au niveau européen, des services publics de qualité.

Cela appelle aussi des mesures urgentes :

• Abandonner la taxation des complémentaires santé ; supprimer les exonérations et la défiscalisation des heures supplémentaires ; conditionner toute aide publique à son efficacité sociale et économique, aux politiques sociales dans les entreprises.

• Mettre en œuvre la taxe sur les transactions financières.

• Faire de l’emploi, en particulier celui des jeunes, une priorité. Stopper les suppressions d’emplois dans la Fonction publique.

• Soutenir le pouvoir d’achat notamment des plus bas revenus et réouvrir les négociations salariales dans les entreprises et la Fonction publique pour réduire les inégalités notamment entre les femmes et les hommes.

Les organisations syndicales estiment indispensable l’intervention des salariés pour peser sur le gouvernement, le patronat, les débats parlementaires en cours et à venir.

Elles décident d’une journée nationale d’action interprofessionnelle le mardi 11 octobre 2011. Partout, le débat sur le contexte, les enjeux et les modalités (manifestations, rassemblements, arrêts de travail, etc.) est nécessaire pour construire cette journée. Les organisations se retrouveront le 15 septembre 2011.

Montreuil, le 1er septembre 2011

 

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 09:00

Il est toujours assez consternant de constater que, quand des députés UMP redécouvrent le terme de solidarité, ce ne soit jamais des plus aisés vers les plus pauvres, mais toujours entre les citoyens les plus défavorisés.

Récemment une centaine de députés UMP ont proposé une loi visant à permettre aux salariés de faire dons de RTT à des collègues qui auraient à s’occuper de leur enfant malade.

La CGT s’oppose fermement à tout dispositif qui dédouanerait l’employeur ou l’État de leurs responsabilités vis-à-vis des salariés. Il n’est pas concevable que le gouvernement ou les entreprises culpabilisent les salariés tout en les privant de leur droit au repos. L’employeur a l’obligation de veiller à la santé et à la sécurité de ses salariés. Le droit au repos et à la santé sont des droits fondamentaux qui doivent être garantis.

Si, sous prétexte de solidarité, une loi remet en cause le droit au repos, une brèche serait ouverte pour la remise en cause de ce droit pour d’autres motifs qui n’auraient plus rien à voir avec l’altruisme. On imagine les pressions qui pourraient être exercées sur les salariés afin qu’ils renoncent « volontairement » à leurs congés pour des motifs beaucoup moins nobles.

Il existe aujourd’hui des dispositions dans le code du travail qui permettent aux salariés de s’absenter pour s’occuper de proches gravement malades… mais ces absences ne sont pas rémunérées. Or pour être effectif un droit doit s’accompagner de véritables moyens, la question est donc : quelle rémunération pour ces absences ?

Il serait plus opportun pour l’État et les parlementaires, non de réagir sous le coup d’affaires médiatiques parfois dramatiques, mais d’améliorer en profondeur les conditions de vie des salariés en favorisant l’accès à ces congés

La CGT dénonce une nouvelle fois la logique libérale et malsaine actuelle qui conduit à ce que l’on demande à chaque fois aux plus faibles de se sacrifier davantage.

Montreuil, le 24 août 2011

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 08:43

La Centrale Unitaire des Travailleurs du Chili (CUT) a lancé un mot d’ordre de grève générale pour les 24 et 25 août. Elle s’inscrit dans un contexte de montée du mécontentement de la population depuis l’an dernier, qui s’est manifesté par des grèves dans des secteurs décisifs tels que les mines, , des manifestations et surtout depuis la fin juin 2011, par le mouvement de lutte et les manifestations massives des étudiants et lycéens avec le soutien des professeurs, des parents d’élèves, de l’opinion publique en général.

Contre l’héritage de la privatisation de l’éducation et sa marchandisation sous Pinochet, les étudiants revendiquent un service public de l’éducation à tous les niveaux, une éducation gratuite, démocratique et laïque. Face aux manifestations pacifiques des étudiants et lycéens, le gouvernement a recouru à une violente répression , comme le Chili n’en avait plus connu depuis très longtemps.

L’appel à la grève de la CUT fixe la perspective de la construction d’un Chili différent, pour plus d’égalité et de démocratie sociale.

Dans un message de soutien adressé à la CUT, la CGT a exprimé « sa solidarité envers ses revendications de reconnaissance des droits fondamentaux des travailleurs et surtout de liberté syndicale, de droit de grève, de garanties contre les licenciements injustifiés. Nous partageons votre exigence de services publics garantissant l’accès de tous à la santé et à une éducation de qualité, mais aussi l’idée que l’exercice effectif de la citoyenneté est indispensable à la démocratie, avec la participation des travailleurs aux débats sur les stratégies de développement du pays. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 13:37

La décision unilatérale du préfet d’Ile et Vilaine dédaignant l’accord du 17 décembre 2010, signé par l’ensemble des acteurs syndicaux et patronaux, et après la consultation des maires concernés du pays de Rennes, prévoyant le respect du repos dominical des employés dans le commerce de détail alimentaire des magasins de plus de 700 m2, démontre honteusement que l’état par l’intermédiaire de son représentant, n’a que faire de la démocratie sociale !

La Cgt ne peut concevoir qu’un représentant de l’état dont le gouvernement se dit de favoriser et respecter le dialogue social puisse ainsi bafouer un accord signé par l’unanimité des partenaires sociaux.

La loi du 10 Août 2009 prévoit dans le cadre des ouvertures des magasins le dimanche que des négociations doivent être engagées avant que des dérogations soient accordées. Cela a bien été le cas dans la région Bretagne, mais l’attitude du préfet de celle-ci, en illustre son mépris !

La Cgt condamne fermement ce déni de démocratie et demande que la volonté affichée par le gouvernement de respecter le dialogue social soit appliquée.

Nous assistons durant cet été 2011 à une contagion de déréglementation au repos dominical dans le commerce, notamment par l’extension de demande de classement en zone touristique comme à Toulon ou encore à Perpignan où le tribunal de grande instance à condamné l’enseigne Auchan à maintenir son magasin fermé.

La Cgt en appelle à la vigilance des salariés et ainsi créer dans une démarche syndicale unitaire, toutes formes d’actions pour le respect du droit du repos dominical.

Montreuil, le 22 août 2011

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 09:32

Suite à la rencontre du 16 août, le pire est à craindre à l’issue du conseil des Ministres du 24 août prochain.

En effet, le mini sommet Franco-allemand a accouché d’une souris, n’a rien apporté de nouveau se contentant de mesures floues et sans engagement de solidarité au sein de l’union Européenne.

Plutôt que des effets d’annonce, les français et les autres européens savent bien que tout dépend des politiques économiques suivies.

Celles-ci devraient s’appuyer sur une politique de croissance durable et plus de convergences en matière de droits sociaux et fiscaux au lieu d’amplifier libéralisme et austérité.

La Cgt exige une autre répartition des richesses, d’une véritable alternative et d’une maîtrise publique des systèmes financiers, est posée.

La Cgt réaffirme pour l’Europe :

  • Le besoin d’une solidarité économique et sociale entre les Etats de l’Union Européenne
  • La nécessité d’une harmonisation sociale et fiscale de haut niveau.
  • La mise en place de salaires minimum partout en Europe, point d’appui indispensable pour lutter contre le dumping social.
  • Une taxation à hauteur importante sur l’ensemble des transactions financières, consacrée au développement durable humain.

Enfin, la Cgt continuera de s’opposer au principe de la règle d’or, véritable outil de casse du système de protection sociale, de démantèlement des services publics et formidable frein à l’emploi et à l’augmentation des salaires, seuls moyens pour relancer durablement la consommation génératrice de croissance économique.

La mobilisation de l’ensemble des salariés sera déterminante pour imposer ces changements indispensables à une véritable justice sociale.

Montreuil, le 17 août 2011

 

 

Partager cet article
Repost0