Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • : C'est le blog de la section Structures de la CGT de Faurecia Beaulieu
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Catégories

4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 16:39

Situation chez PSA

UN ENJEU POUR LA FILIÈRE AUTOMOBILE

Le PDG Varin a fait une présentation lors des résultats du groupe d’une mise en place dans un futur proche d’un «accord de maintien de l’emploi» sur le modèle de ceux prévus par l’ANI du 11 janvier devenu depuis projet de loi. PSA veut donc étendre à tout le groupe l’accord Sevelnord avec gel des salaires, hausse du temps de travail, mobilité forcée tout cela en échange de maintien des productions des sites Français.
Les Négociations Annuelles Obligatoires sur les salaires ont servi de prologue.
Alors que 69% des Français font une question de leur pouvoir d’achat une priorité, pour 2013 ce sera 0% pour les augmentations générales !

Concernant le PSE,
les syndicats CGT des établissements PSA, considèrent que, malgré les quelques avancées résultant de la lutte des salariés d’Aulnay et de la négociation, l’accord proposé ne répond pas à l’attente du personnel et qu’il est à plus d’un titre dangereux.
. L’accord revient à acter la totalité des licenciements et suppressions d’emplois programmés par la direction, et la fermeture du site d’Aulnay alors que :
. Pour Aulnay, la CGT et le cabinet Secafi ont proposé un scénario de répartition des productions permettant de maintenir tous les sites.
. Pour Rennes, la CGT et le cabinet Secafi ont fait un certain nombre de propositions permettant de maintenir plusieurs centaines d’emplois supplémentaires.
. Le projet d’accord qui nous est présenté ne traite nullement de la totalité du plan, mais seulement de ce que la direction appelle le périmètre PSE, alors même que le plan est global.
A ce titre, il contribue à faire croire que les problèmes seraient circonscrits à Aulnay et Rennes or nous parlons bien de la suppression de 11 200 emplois dans le groupe centrés essentiellement dans l’ingénierie, mais rasant totalement le site de Aulnay.
Toutes les entreprises sont donc concernées par ce PSE.
. Le projet d’accord ne répond pas aux 2 exigences majeures mises en avant par les salariés à savoir :
- Un CDI pour tous
- Une préretraite pour les anciens

Concernant la revendication d’un CDI pour tous
Le projet d’accord ne donne aucune garantie sur les postes de reclassements internes, mais aucune garantie non plus sur les reclassements externes que ce soit sur le nombre, sur le profil, sur la pérennité des emplois qui pourraient être proposés. Il exclut formellement le droit de retour au cas où le poste proposé ne conviendrait pas.

Concernant une préretraite pour les seniors
Le dispositif qui est proposé nous semble tout à fait insuffi sant. En effet de nombreux salariés d’Aulnay n’auront droit à la retraite à taux plein qu’à 62 ans voir plus tard. Un congé senior de 30 à 36 mois laissera sur le carreau de nombreux salariés de 55, 56, 57 ou 58 ans, qui ont fort peu de chance de retrouver un travail.
Nous voyons bien que nous sommes très loin des engagements de la direction et de M. Varin, il est plus que probable que plusieurs centaines de salariés se retrouvent dans l’impasse des congés de reclassement avec, au bout, le Pôle Emploi.
La CGT du groupe PSA a donc décidé de saisir le tribunal soutenu par la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT, afin de faire reconnaitre l’insuffisance du plan et d’obtenir de véritables garanties pour tous les salariés.
Plus de 400 salariés sont en grève illimité depuis maintenant 11 semaines, leur grève est légitime et, est fortement soutenue par la population. Les multiples dons versés par les syndicats CGT, mais également de nombreuses municipalités, ou encore du secours populaire qui a fait parvenir 3 tonnes de nourriture pour les familles les plus en difficultés sont signes d’un soutien exemplaire.
La direction PSA continue de «pipeauter» et cherche tous les prétextes pour multiplier les sanctions individuelles en licenciant des salariés.
Le refus du gouvernement de nommer un médiateur ou encore d’envoyer les CRS comme seules réponses aux revendications des salariés sont inacceptables et incompris dans la période.
Le fait de refuser de se pencher sur le Plan B de la CGT visant à sauvegarder le site d’Aulnay en répartissant les productions sur chaque site n’est pas digne d’un gouvernement qui se dit porteur d’avenir industriel.
Le fait de se réfugier derrière l’argument que cette grève est politisée ne tient pas non plus, puisqu’elle est soutenue également dans l’entreprise avec la signature de plus de 1 000 pétitions destinées à la direction refusant le PSE «low cost» qu’on veut leur imposer.
La FTM continuera de soutenir les salariés d’Aulnay en lutte jusqu’à l’obtention des revendications portées.

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt-beaulieu-structures - dans FTM
commenter cet article

commentaires