Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de Faurecia Clean Mobility (Beaulieu Structures)
  • : C'est le blog de la CGT de Faurecia Systèmes d’Échappement (Faurecia Clean Mobility) à Beaulieu Protos, Seloncourt, Bavans et R&D Moteurs à Etupes
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Catégories

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 18:56
Les médias occidentaux ont été les premiers à tirer sur la Libye. Sans surprise, c’est précisément leur rôle : servir d’avant-garde dans les raids sanglants des maîtres du monde. Dans un premier temps, ils propagent les arguments avancés pour justifier son agression militaire, puis masquer l’horreur de la guerre derrière un voile de mensonges et de petits euphémismes. Mission accomplie. La société ne réagit pas, est droguée.

Une première analyse des événements pousse à se méfier de la version officielle du conflit libyenne. Pour commencer, il s’agit d’un soulèvement armé. Rien à voir, donc, avec des manifestations plus ou moins pacifiques qui ont agité le monde arabe pour réclamer la démocratie et les droits sociaux. D’où viennent ces insurgés armés jusqu’aux dents, au point d’être en mesure de mettre en péril toute une armée régulière ? Qui sont ses chefs ? Quels sont ses objectifs ? Qui les prépare ? La réponse à ces questions fondamentales se posait sans toutefois atteindre l’opinion publique quand, de façon surprenante, la France n’a pas tardé à reconnaître les rebelles, de façon énigmatique comme les "seuls représentants légitimes du peuple libyen," en violation flagrante des principes fondamentaux de la diplomatie internationale. La chose a commencé à sentir mauvais.

Si en effet le seul but des puissances occidentales est de protéger la population civile, pourquoi n’ont elles pas encore examiné la proposition de médiation du Premier ministre turc, comme celle d’Hugo Chavez, y compris un cessez-le-feu, et que avait été accepté par Kadhafi ? Pourquoi seulement cibler leurs attaques contre les forces gouvernementales, facilitant ainsi la contre-offensive des rebelles ? Pourquoi se réunir à Londres pour décider de l’avenir du pays d’Afrique du Nord sans les Libyens ? Pourquoi, si le mandat de l’ONU discréditée a été limitée à l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne, maintenant ne renoncent-ils pas à armer les insurgés et ni même à une invasion terrestre ? Pourquoi des sanctions contre la Libye ne touchent-elles que l’une des deux parties en conflit, comme il a été démontré par l’annonce des États-Unis de fournir du pétrole aux rebelles ?

À ce stade, il est évident que le soulèvement armé en Libye a été concocté par les services de renseignement occidentaux, avec l’appui d’un groupe de politiciens locaux et les militaires ont renié le régime. Rien de bon ne peut être attendu d’un mouvement rebelle qui encourage les attentats contre leur propre pays, battant pavillon du roi Idris (le monarque féodal qui a donné les ressources naturelles libyenne aux puissances occidentales alors que son peuple languissait dans la pauvreté) et qui selon certaines sources indépendantes, ont ouvert le feu sur le convoi des citoyens marchant sur Benghazi pour exiger la cessation des hostilités et l’ouverture des négociations de paix.

Ne vous méprenez pas. Il n’y a pas la moindre preuve que les avions de Kadhafi bombardent la population civile, comme il n’y avait aucune arme de destruction massive en Irak. Peut-on encore douter que si ces preuves existaient, elles auraient été largement diffusées par les médias occidentaux ? D’autre part, peut-on douter que les gouvernements alliés auraient renoncé à l’usage de la force pour réprimer un soulèvement dans leur propre pays ? C’est une autre guerre par procuration des puissances impérialistes, qui vise à contrôler le pétrole et le gaz naturel en Libye, en plus de consolider ses intérêts géostratégiques dans la région.

Les requins du complexe militaro-industriel des États-Unis se frottent aussi les mains. Pour le seul premier jour da bombardement, 112 missiles Tomahawk ont été lancés, évalué à 56,9 millions de dollars. C’est le pétrole libyen qui va payer la facture de la guerre et la reconstruction d’un pays qui a également besoin de reconstituer ses arsenaux militaires. L’affaire est assurée, le massacre aussi. Alors que les porte-parole de l’OTAN ont déclaré par la suite que leurs bombes couteuses ne tuaient personne - quel gâchis ! - il est certain que les attaques alliées ont fait des dizaines de victimes. Quelle curieuse manière de protéger les civils.

Les doubles standards des leaders du monde libre est dégoûtant. Alors que pendant des décennies ils ont béni par leur passivité complice la répression impitoyable de ses alliés dans la région contre le peuple palestinien ou saharoui, après quelques semaines seulement d’un soulèvement factieux le prétexte a été trouvé pour concocter une croisade guerrière contre la Libye. Les mêmes qui ont armé Kadhafi lancent à présent des bombes sur Syrte et Sabha, et couvrent leurs partenaires corrompus troublés par les agitations sociales à Bahreïn, au Yémen et en Jordanie, et parrainent la transition en Egypte et en Tunisie afin de s’assurer que tout reste bien sous leur contrôle.

Les anciennes puissances coloniales impriment à nouveau l’empreinte de leurs bottes sur une Afrique souffrante. En réalité, elles n’ont jamais vraiment cessé. L’ombre d’intérêts douteux se cache derrière les innombrables conflits qui ont fait saigner le continent de l’Angola à la Somalie, du Rwanda, au Soudan, au Congo, au Sierra Leone ... La victime est aujourd’hui le pays avec le niveau de vie en Afrique et du monde arabe le plus avancé en ce qui concerne les droits des femmes. Les missiles de l’OTAN répandent la terreur en Libye. Il semblerait, ô ironie !, que c’est le seul moyen qu’a trouvé Barak Obama pour faire honneur à son prix Nobel de la Paix.

Sarkozy et Cameron veulent aussi le leur.

Manuel Maestre URRUELA

http://www.rebelion.org/noticia.php?id=125435

Partager cet article

Repost0

commentaires