Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • : C'est le blog de la section Structures de la CGT de Faurecia Beaulieu
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Catégories

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 15:38

Le 6 février 2014

TOUTES LES RAISONS DE REVENDIQUER

 

Le 31 décembre, puis lors de sa conférence de presse du 14 janvier, le Président de la République a annoncé la poursuite de sa politique : toujours plus de reculs sociaux, dans la continuité de Sarkozy; Le gouvernement Hollande / Ayrault assume le choix d’une politique libérale et ce faisant, tourne clairement le dos aux salariés. Cette politique ne servira pas à sortir de “la crise” mais nous conduit vers la situation des peuples grecs, portugais ou espagnols.

Denis Kessler disait : “Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance.” Ce dirigeant du Medef en a rêvé, le gouvernement le fait ; actionnaires et financiers se réjouissent !

Il est plus que temps de résister. La Cgt propose aux salarié-e-s, aux précaires, aux Retraité-e-s et à la jeunesse de réinvestir dans la lutte, avec déjà une journée de mobilisation le 6 février 2014.

Pour combattre cette politique libérale, seule la mobilisation est de rigueur !

Le 6 février, nous avons toutes les raisons d’être dans les actions revendicatives, à l’entreprise et dans la rue, contre les réformes déjà validées (précarisation de l’emploi, cadeaux au patronat) et pour défendre nos droits.


CONTRE :

·               les projets de décentralisation et de destructions de nos territoires ;

·               l’aggravation du mauvais partage des richesses entre le capital (dividendes, intérêts financiers) et le travail (rémunérations/investissements) ;

·               la poursuite de la casse de notre système de protection sociale (famille / santé / vieillesse) ;

·               la dérèglementation du travail (travail du dimanche, travailleurs détachés, etc.).


POUR :

·               l’augmentation des salaires ;

·               de réelles mesures pour l’emploi stable et bien rémunéré, dans le public et le privé ;

·               l’amélioration des conditions de travail dans tous les secteurs d’activités ;

·               la sauvegarde et l’amélioration des services publics ;

 

·               l’amélioration de notre système de protection sociale solidaire.

 


Les négociations obligatoires à l’entreprise sont un droit fondamental pour les salariés et leurs organisations syndicales. Ces négociations sont un moment privilégié pour que les salariés expriment leurs revendications en matière d’augmentation générale des salaires, de reconnaissance des qualifications, des diplômes, de l’expérience professionnelle et globalement de la revalorisation de leur travail.

Le pouvoir d’achat fait partie des premières préoccupations des salariés et des retraités.

C’est tout à fait légitime au regard de la pression du patronat pour ne pas augmenter les salaires. Son seul but étant de distribuer toujours plus de dividendes aux actionnaires. D’autre part, le niveau moyen des salaires ne permet pas de faire face à l’augmentation du coût de la vie.

Des moyens financiers existent largement pour y parvenir grâce aux richesses créées par le travail. Les entreprises du CAC 40 en 2013 ont réalisé plus de 80 milliards d’euros de bénéfices et versé près de 40 milliards d’euros aux actionnaires. En pleine crise, les dividendes distribués aux actionnaires n’ont jamais cessé d’augmenter entre 2007 et 2013.

Les entreprises bénéficient également des grandes largesses de l’Etat, sans aucun contrôle ni contrepartie en faveur de l’emploi, des salaires ou même des investissements. Il existe plus de 4 500 dispositifs d’aides aux entreprises. Le coût total des niches fiscales et sociales des entreprises s’élève à près de 200 milliards d’euros en 2013, c’est 5 fois plus que l’impôt sur les sociétés.

La lutte contre la fraude fiscale permettrait de récupérer, pour les caisses de l’Etat, entre 36 et 50 milliards d’euros selon un rapport au Sénat.

Pour la métallurgie, la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT estime que ces niches fiscales et sociales s’élèveraient entre 19 et 21 milliards d’euros pour 1,5 million de salariés. Par exemple, pour une entreprise qui compte 100 salariés payés aux alentours de 1 800 euros bruts par mois, l’entreprise bénéficiera de 21 168 euros de niches sociales par mois, soit 254 016 euros par an.

Le patronat n’entend pas rendre aux salariés les milliards d’euros des profits réalisés par leur travail accaparés par les actionnaires. L’élévation du rapport de forces et le rassemblement des salariés est nécessaire. C’est dans ce sens que la CGT appelle les salariés à débattre ensemble de leurs revendications et agir collectivement sous forme de grèves, de manifestations….

La CGT de FAURECIA BEAULIEU STRUCTURES appelle à la grève et à se manifester le jeudi 6 février 2014

10h00 à la Maison du Peuple – BELFORT

14h00 devant la gare SNCF - MONTBELIARD

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt-beaulieu-structures - dans Tracts
commenter cet article

commentaires