Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • : C'est le blog de la section Structures de la CGT de Faurecia Beaulieu
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Catégories

22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 17:38

 

230 ORGANISATIONS A LA RECONQUETE DE L’INDUSTRIE EUROPEENNE

Après plus de 40 années d’existence, les organisations affi liées à la Fédération Européenne des Métallurgistes (FEM) ont voté unanimement la dissolution de celle-ci et la création d’une nouvelle fédération européenne de l’industrie.
IndustriAll European Trade Union est l’aboutissement d’une démarche débutée au Congrès de Lisbonne de la FEM (2007) avec l’EMCEF (Fédération Européenne des Mines, de l’Energie et de la Chimie) et l’ETUF-TCL (Textile, Habillement et Cuir) afi n de créer une organisation syndicale européenne qui regroupe 75% des industries d’Europe.

La résolution politique, adoptée par le Congrès de création, fixe comme priorité d’action la politique et l’emploi industriel en Europe.

La résolution exprime cette idée que l’emploi industriel joue le rôle locomotive de l’économie et de l’emploi et que «l’Europe a besoin d’une forte assise industrielle».
Cette nouvelle priorité exprimera son expression au travers de l’organisation d’une journée d’action européenne dans l’industrie le 9 octobre, à la demande de 25 organisations syndicales françaises, italiennes, espagnoles, portugaises, belges, luxembourgeoises, grecques, hollandaises et turques.
La résolution rédigée par la CGT, adoptée à l’unanimité, fruit du travail entre 7 fédérations de la CGT (FTM, FNTE, FNIC, FNME, THC, FILPAC et VERRE CERAMIQUE), se présente comme «une contribution de l’ensemble de l’industrie européenne contre la précarité et le mal vivre partout en Europe, et pour affirmer l’exigence du développement de l’industrie comme gage du développement de l’emploi» comme l’a indiqué Daniel Pellet-Robert (FTM-CGT) lors de son intervention de soutien à la proposition devant le Congrès de création.

Le 1er Congrès a été également le lieu d’un débat entre les organisations du Nord et du Sud de l’Europe sur les politiques d’austérité et des politiques à mener afin de sortir de la crise.
Toutes les organisations ont rejeté les politiques d’austérité à travers l’Union Européenne à un moment où le contexte en Europe évolue au travers des résultats des élections en France, Grèce ou encore en Allemagne.

La nouvelle organisation appelle à un changement de cap pour l’Europe au travers de plusieurs revendications :
• la mise en place d’un pacte de solidarité européen pour la formation, la recherche, le développement et l’infrastructure afin de favoriser la dynamique et la convergence économique ;
• davantage de perspectives d’avenir pour la jeunesse en Europe grâce à des mesures de formation et un meilleur accès au marché de l’emploi.
Pour y parvenir il faut, d’une part, que les Etats membres conçoivent leurs systèmes de formation de manière plus conforme au marché du travail et, d’autre part, que les entreprises offrent aux jeunes de véritables opportunités d’emplois et non de simples stages non rémunérés ;
• la consolidation de l’Europe sociale garantissant un travail sûr et équitable :
réduire la flexibilisation illimitée et le secteur des bas salaires en Europe par le biais des négociations collectives et/ou une régulation légale (par exemple sur le salaire minimal conformément aux pratiques dans les différents pays) ;
• la création d’une gouvernance européenne, économique et financière, démocratiquement légitimée incluant une banque centrale européenne démocratiquement contrôlée ;
• l’établissement de niveaux minimums d’imposition sur l’entreprise et des mesures efficaces contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale.
Les Etats membres doivent s’assurer que l’imposition des revenus et l’imposition des patrimoines et des héritages importants sont équitables ;
• une autorité de contrôle européenne, supervisant tous les acteurs et opérations réalisées sur les marchés financiers et la mise en place d’une responsabilité totale des acteurs des marchés financiers pour leurs propres opérations (fonds de garantie anti-spéculation) ainsi que l’introduction d’un impôt sur le chiffre d’affaires des opérations financières (taxe sur les transactions financières) pour le financement du pacte de solidarité européen ;
• l’extension des droits de négociation des syndicats et de participation des salariés en Europe afin de créer un contrepoids efficace aux intérêts des actionnaires ;
• un soutien perceptible des états plongés dans de grandes difficultés financières. «IndustriALL European Trade Union symbolise un changement de cap pour l’Europe», a déclaré Ulrich Eckelmann (IG Metall, Allemagne), qui a été élu secrétaire général.

«L’Europe a besoin d’une croissance industrielle soutenue, de plus d’emplois et d’une meilleure sécurité de l’emploi, de droits de participation élargis pour ses travailleurs/euses et ses citoyen(ne)s, et d’une solidarité plus forte et plus juste pour la répartition des revenus et des richesses en Europe».

Le Congrès a élu comme vice-présidents Valeria Fedeli (Filctem-CGIL, Italie), Anders Ferbe (IF Metall, Suède) et Renzo Ambrosetti (UNIA, Suisse), et comme secrétaires généraux adjoints Bart Samyn (FEM), Sylvain Lefebvre (EMCEF) et Luc Triangle (FSE-THC).
IndustriALL European Trade Union sera dirigé par un comité exécutif où les 230 syndicats affiliés auront un siège, et par un comité de direction plus restreint.
La fusion européenne devrait être suivie par la création de IndustriALL Global Union au niveau mondial, qui aura lieu du 18 au 20 juin à Copenhague.

http://www.ftm.cgt.fr/textelong.php?IDchapitre=933&IDrub=5&IDsousrubrique=64

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt-beaulieu-structures - dans FTM
commenter cet article

commentaires