Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • : C'est le blog de la section Structures de la CGT de Faurecia Beaulieu
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Catégories

7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 14:12

Le 27 juin 2014 a débuté un nouveau cycle de négociations sur les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC. Il concerne les 18 millions de salariés du secteur privé et 12 millions de retraités. Le Medef travaille à la fusion des deux organismes.

L’enjeu est plus large car le gouvernement a pour principe d’étendre à l’ensemble des régimes de retraite obligatoire les mesures adoptées par les "partenaires sociaux" La proposition phare du Medef est la fusion de l’ARRCO et de l’AGIRC. Une opération en cinq objectifs :

Faire payer une partie de la retraite des cadres par les non- cadres.

Depuis 2003, le montant des cotisations encaissées par l’AGIRC ne permet plus de couvrir le montant des pensions. Cependant, le régime AGIRC s’était constitué des réserves de précaution pour, en cas de difficultés, verser aux retraités l’intégralité de leurs pensions. A partir de 2017, ces réserves seront épuisées. La fusion des régimes aurait pour conséquence de siphonner les réserves de l’ARRCO pour maintenir le montant des pensions constituées en AGIRC : faire contribuer 14 millions de non-cadres au financement des pensions de 3 millions de cadres et assimilés.

Baisser le niveau des pensions de l’ensemble des salariés.

Ces transferts financiers des non- cadres vers les cadres, susciteraient une levée de boucliers qui justifierait une baisse du niveau des pensions plus sévère pour les cadres que pour les non-cadres. Tout le monde serait perdant.

Créer une nouvelle entité juridique, se substituant à l’ AGIRC, l’ARRCO et l’IRCANTEC,

pour constituer un régime complémentaire unique fonctionnant sur le modèle des comptes notionnels suédois « à cotisations définies » : la loi ayant définitivement figé le taux des cotisations pour la retraite, le système atteint chaque année son équilibre en ajustant ses dépenses à ses ressources, c'est à dire en réduisant autant que de besoin le montant des pensions liquidées et des droits à retraite en cours de constitution.

Développer massivement l’épargne retraite.

L’effondrement du niveau des pensions aurait pour effet de renvoyer d’abord les cadres puis tous les salariés vers des produits d’épargne à hauts risques.

Porter un coup fatal au statut cadre, dont le Medef ne veut plus depuis de longues années.

Car avec la disparition de l’AGIRC disparaitrait la seule reconnaissance interprofessionnelle et opposable du statut cadre.
Il s’ensuivrait l’ouverture de négociations dans toutes les branches, toutes les conventions collectives se référant obligatoirement à l’AGIRC. A la clef : un tassement des grilles salariales. Les employeurs se retrouveraient en mesure de rémunérer les cadres comme des employés, et les employés comme des précaires.

L’UGICT-CGT va s’inscrire dans ces négociations en proposant un nouveau modèle économique pour l’AGIRC fondé sur la solidarité, la garantie de la continuité du niveau de vie pour tous les salariés, cadres ou non-cadres et ne mettant pas à la charge des ouvriers et des employés l’effort de financement qui incombe aux employeurs.

http://www.ugict.cgt.fr/publications/cadres-infos/agirc-arrco-la-fusion-nouvelle-martingale-du-medef?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+UGICT-CGT-ActusGenerales+%28UGICT+-+Actualit%C3%A9s+G%C3%A9n%C3%A9rales%29&utm_content=Netvibes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by UGICT
commenter cet article

commentaires