Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faurecia Beaulieu Structures

  • : La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • La CGT de la section Structures de Faurecia Beaulieu
  • : C'est le blog de la section Structures de la CGT de Faurecia Beaulieu
  • Contact

 faurecialogo

Recherche

Catégories

9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 11:11

Toute la population du Territoire de Belfort mobilisée pour son industrie !

Le 15 mai rassemblement à 12h00 devant la Maison du Peuple de Belfort

 

 

 

Quand un emploi industriel est supprimé c'est 3 emplois induits en moins dans tous les secteurs d’activité. Les conséquences sur les commerces, la fonction publique, le tertiaire... vont être dramatiques.

 

 

Quelques chiffres :

 

10 % de la population du bassin de vie de Belfort dépend du secteur de l'énergie. 100 emplois directs dans la branche énergie génèrent 75 emplois sous-traitants.

Taux de chômage du Territoire de Belfort 11.4 %. Taux de chômage en France 9.8 %

En Franche-Comté,  l'emploi industriel représente 21,2 % de l'emploi total contre 13 % en France métropolitaine. L'industrie, en termes d'emplois, repose principalement sur la fabrication de machines et sur la fabrication de matériels de transport.

 

ALSTOM Belfort, bien plus qu’une société: un patrimoine !

L’impératif est le maintien et le développement de l’emploi

Les conséquences sociales seront tôt ou tard à l’ordre du jour si les principaux acteurs (M.Bouygues ,P.Kron…) de cette triste série rocambolesque « ALSTOM » continue avec panache ce démantèlement. Le secteur TRANSPORT, fragilisé par son détachement du groupe Alstom, sera à la merci de ses concurrents et le secteur ENERGIE où les doublons subsistent : seront forcément touchés par une restructuration contrairement à ce qui est affirmé. Une fois de plus ce sont les salariés qui sont pris en otage !!!

Un troisième choix est possible !!!

L’intervention de l’Etat s’impose pour maintenir le groupe ALSTOM dans son périmètre actuel. La banque publique d’investissement ou d’autres acteurs comme la caisse des dépôts et consignation peuvent entrer au capital pour garantir l’avenir du groupe en toute indépendance de GE ou de SIEMENS. Cette arrivée de l’Etat ne doit pas seulement se borner à apporter des fonds pour continuer à satisfaire l’appétit des actionnaires (pour mémoire ils ont encaissés 1,4Mds€ ces 5 dernières années) mais pour redéfinir une stratégie industrielle.

 

Altia Beaucourt : sauvons l’emploi !

Le 11 avril dernier les sites Altia se font rachetés par un fonds d'investissement américain Transatlantic Industries. Celui-ci décide d'augmenter ses tarifs au constructeur PSA qui assigne alors Altia au tribunal de commerce. Quinze jours après l'entreprise est mis en redressement judiciaire, avec une période d'observation de 15 jours pour retrouver un repreneur. Les représentants du personnel, les 110 salariés sont mis devant le fait accompli et pris en otage par des spéculateurs qui n'ont aucun projet industriel à proposer. Ce n'est pas une question de compétitivité des salariés, de manque de travail mais uniquement des actionnaires avides d'argent qui mettent en danger l'emploi de 110 salariés.

 

Visteon Rougegoutte doit rester industrie sous vosgienne

Le 2  mai, les  480 salariés, les représentants du personnel apprennent par la presse que Visteon cèderait avant la fin de l'année, au fonds de pension américain Cerberus sa production de pièces d'habitacle. Le site de Rougegoutte faisant partie des 3 sites cédés. Comme Altia, aucun projet industriel n'est proposé. Connaissant le retour des autres entreprises achetées par des fonds de pension, les salariés sont dans une grande inquiétude. En moins de 10 ans les salariés Visteon Rougegoutte ont subi 12 plans de licenciements. Cette entreprise a accueilli jusqu'à 800 salariés. La CGT fin 2013 a déposé un droit d'alerte auprès de la direction. Les élus seront reçus en CCE extraordinaire à leur demande le 16 mai pour obtenir des informations sur la situation de l'entreprise.

 

Von Roll ISOLA Delle : meilleure répartition de la charge de travail.

Lors du CE extraordinaire du 7 mai la direction de Von Roll Isolants Delle à fait part des difficultés de trouver un carnet de commande correct.

Après des décennies d’arrêts de fabrication de produits sur le site de Delle, l’évasion du travail continue avec l’abandon de la fabrication des cadres de soudure.

La mesure d’activité partielle est la seule solution trouvée par la direction pour pallier à la baisse du carnet de commande ponctuelle, avec 10 jours par mois de chômage possible entre le 1er juin et le 30 novembre 2014 pour les 130 salariés de l’entreprise, ils étaient 226 en juin 1999.

Encore une fois c’est les salariés qui subissent les conséquences des décisions passées.

 

snwm Fontaine pour un véritable projet industriel

Les 50 salariés sont très inquiets pour leurs emplois, en 3 ans l'effectif a perdu 44 emplois. Si l'entreprise (sous-traitant Peugeot) qui se porte très bien financièrement ne réparti pas la charge de travail entre ses différents sites, l'établissement de Fontaine risque de fermer. Malgré les compétences des salariés, sa situation géographique et  les prévisions d'un chiffre d'affaire du groupe FSD en hausses sur les 3 à venir, les salariés n'ont aucune visibilité sur leur emploi, leur condition de travail et salaires. Le groupe FSD dont fait partie SNWM, ne remplace aucun départ de salarié en France mais développe ses entreprises à l'international.

 

GE : STOP aux licenciements !

Après un premier plan de suppression 120 emplois pour la catégorie ingénieurs, cadres et techniciens en 2013, un nouveau plan est en cours de négociation : pour la même catégorie se sont encore 69 postes supprimés, la vente du site de Chonas (site dans l'Isère rattaché directement à Belfort, 30 salariés), et la suppression de 120 postes de prestataires de service.

Toutes ces entreprises ont touché des fonds publics par le biais d’exonérations d’impôts et de cotisations sociales au nom de la sauvegarde de l’emploi ! Voilà le résultat de la spéculation financière, ce n’est pas le travail qui coûte cher mais bien le capital ! Les différents cadeaux qui pèsent près de 200 milliards fait au patronat ne bénéficient qu’aux actionnaires, qu’aux riches !

 

Le 15 mai 2014 Pour l’emploi sur le Territoire de Belfort :

Grèves et Rassemblement des salariés devant chacune de ces entreprises puis retrouvons-nous à 12h devant la Maison du Peuple

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt-beaulieu-structures
commenter cet article

commentaires